Historique

hopital_saint_louis

L’Association Recherche et Transfusion (A.R.T.) a été déclarée au Journal Officiel le 14 Mars 1968 par son fondateur, le Docteur Jean REVIRON nommé en 1964 Directeur du Centre de Transfusion de l’hôpital Saint-Louis.

Jusqu’en 1988 date de son décès, il fit partie du 1er Conseil d’Administration constitué par ailleurs par Monsieur le Pr Jean BERNARD, Monsieur le Pr Jean DAUSSET – Prix Nobel de Médecine -, Monsieur le Préfet Honoraire Paul VILLENEUVE et Madame le Dr Annette BUSSEL.

La mission initiale de l’A.R.T. fut la création d’une Unité de fractionnement des éléments sanguins labiles (globules rouges, plaquettes, plasma) en vue de leur usage thérapeutique dans le traitement des patients pris en charge à la Clinique des Maladies du Sang de l’hôpital Saint-Louis.

L’arrivée de séparateurs de cellules sanguines quelques années plus tard a permis la création d’une Unité de Cytaphérèse destinée à prélever des plaquettes et des globules blancs à partir d’un seul donneur. Grâce à une convention établie en 1971 avec l’Assistance Publique - Hôpitaux de Paris, l’A.R.T. a permis le financement et la maintenance de ces équipements, le développement du recrutement et la sélection des donneurs. Parallèlement, elle favorisera le développement de nouvelles technologies concernant le domaine thérapeutique (épurations plasmatiques), la cryobiologie des cellules sanguines et des tissus, l’irradiation des produits sanguins labiles et la production de cytokines (IL2) et d’anticorps monoclonaux.

La mission de l’A.R.T. en faveur de la transfusion hospitalière prend fin en 1987 par la reprise de ses activités et équipements par l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris.
Depuis, elle consacre 85 % de ses ressources au financement et à la promotion de la recherche dans ses domaines d’intérêts. A ce titre, elle crée un Prix remis annuellement et finance sur appel d’offre des projets de recherche sélectionnés par un conseil scientifique constitué d’experts reconnus. La formation est également favorisée dans le cadre d’un partenariat avec l’Institut Pasteur de Paris sous la forme d’une subvention annuelle de 5000 € destinée à aider des praticiens d’origine Africaine à participer au cours de sécurité transfusionnelle infectieuse.